Communication publique, communication numérique, internet et réseaux sociaux, nouvelles technologies, management, marketing territorial, fonction publique, collectivités locales…

Imprimer

Intelligence artificielle : pourquoi des humains vont sauver leurs places dans les collectivités de demain

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

Les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle vont remettre en cause beaucoup de postes dans les collectivités, en particulier dans les services administratifs. Quelles sont les missions qui seront les moins menacées, quelles tâches peuvent continuer à être l’apanage du genre humain dans les décennies à venir ?

On a pu voir dans une précédente chronique que les progrès de l’intelligence artificielle sont tels que tous les postes vont être impactés dans l’avenir, et que certains seront même complètement remplacés.

La révolution dans le monde du travail est une constante avec des moments d’accélération et d’autres de « digestion » des nouvelles technologies. Ainsi, l’ordinateur a, depuis 50 ans, changé les pratiques des administrations, raréfiant progressivement le nombre de secrétaires qui ont depuis longtemps muté en assistantes, perdant au passage le langage steno-dactylo. Internet a encore changé la donne, réduisant le nombre et modifiant le rôle des chargés d’accueil mais faisant naître de nouveaux métiers tels les community managers. Aujourd’hui, ces derniers sont menacés, comme tant d’autres.

Alors, faut-il lutter contre un mouvement qui paraît inéluctable ? Aucun être humain, le plus génial soit-il, ne sera en mesure de concurrencer les puissances de calcul de l’intelligence artificielle. Mais l’intelligence humaine est tellement variée qu’elle peut s’appuyer sur bien d‘autres capacités qui donneront à ses détenteurs une bonne longueur d’avance pour encore quelques bonnes dizaines d’années (et après… on fera une nouvelle chronique à ce moment-là !).

Imprimer

Intelligence artificielle : les métiers menacés dans les collectivités

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

Chargés de com, chargés d’accueil, agents d’état-civil, comptables… Bientôt le pot de départ ? L’intelligence artificielle arrive et d’ici quelques années, elle va révolutionner beaucoup de métiers, y compris dans nos collectivités territoriales.

De tout temps, l’intelligence artificielle a fait l’objet des fantasmes les plus fous. Mais là, il y a pas mal d’indices qui viennent nous dire : c’est pour bientôt. D’une, un député République En Marche, Cédric Villani, a fait un rapport là-dessus à la demande du gouvernement. Deux : des voitures roulent sans chauffeur. Pas encore sans accident, mais le progrès est en marche. Donc les deux sont en marche et convergent, c’est qu’il se passe un truc.

Ainsi, selon les sources, des métiers commenceront à disparaître d’ici 2024, l’intelligence artificielle étant appelée à dépasser l’intelligence humaine sous 45 ans pour certains chercheurs.

Et pour nous, agents des collectivités territoriales souvent présentés comme à l’abri des bouleversements du monde, que peut changer l’émergence de l’intelligence artificielle ? Y aura-t-il un impact sur nos métiers ?

Imprimer

La considération pour l'usager, base de la dématérialisation

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

« De la considération. Non seulement cela ne coûte rien, mais ça économise beaucoup d’énergie. » Selon Thierry Tournebise, psychothérapeute, la base d’un accueil de qualité, c’est de porter de la considération à l’autre. Mais un usager peut-il ressentir cette considération à travers des démarches administratives en ligne ?

Jean Pisani-Ferry, le rapporteur du Grand Plan d'Investissement 2018-2022 remis le 25 septembre au Premier ministre, place clairement la dématérialisation comme une priorité. "Il faut repenser profondément et durablement les missions des acteurs publics, État, opérateurs, collectivités territoriales et organismes de sécurité sociale". L'objectif ? Transformer l'État grâce aux nouvelles technologies, à la fois pour simplifier la vie des citoyens et des entreprises qui se plaignent des fameuses lourdeurs de l'administration française, mais aussi pour "maîtriser durablement la dépense publique".

Dans la foulée, le 1er février, le gouvernement a annoncé que l’objectif était d’atteindre « 100 % des démarches administratives accessibles en ligne d'ici 2022, y compris par le mobile ».

Inatteignable ?

Imprimer

Pas de créativité sans acceptation du risque

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

Comment encourager la créativité chez les agents ? En développant une culture de la tolérance… à l’inverse de laquelle nos collectivités se sont historiquement structurées. Aujourd’hui, pour muter en ce sens, il importe que les managers deviennent moins des gardiens du juridique que des soutiens à la prise de risque, prêts à accepter l’échec.

La commande se fait progressivement plus précise et d’autant moins atteignable pour nos collectivités : il faut concilier moins de moyens et toujours plus d’attentes, en quantité et en qualité ! Comment les collectivités peuvent-elles faire la jonction ? La créativité pourrait être le chaînon manquant.

Les entretiens territoriaux de Strasbourg organisés par l’INET les 6 et 7 décembre 2017 ont mis en avant cet état d’esprit que devraient développer les managers et de leurs équipes, appelées à proposer des solutions innovantes, comprenez plus efficaces et moins chères.

Imprimer

L'envie d'avoir envie

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

Au-delà d’une chanson magnifique, Johnny Hallyday portera pour toujours une question majeure dans le travail et plus largement dans la vie de chacun : d’où vient l’envie ? La motivation peut-elle se décréter ? Y-a-t-il des moyens de la renforcer ? Voyons ensemble comment, encore et toujours « rallumer le feu » !

A vrai dire, je n’avais pas trop envie de parler de Johnny Hallyday dans cette chronique. Parce qu’on en a beaucoup parlé en décembre au moment de son décès, qu’on a déjà tout dit, du mode émotionnellement détruit au mode cyniquement détaché, bref d’un extrême à l’autre.

Mais le chanteur, quoi qu’on en pense, a marqué la société en traversant les époque, ou l’inverse.