Communication publique, communication numérique, internet et réseaux sociaux, nouvelles technologies, management, marketing territorial, fonction publique, collectivités locales…

Imprimer

Le vote par internet, démocratie aboutie ou consumérisme ultime ?

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

 

Peut-on redonner de la voix à plus de la moitié des abstentionnistes en instaurant le vote par internet ? Les solutions techniques existent aujourd'hui… Pourtant les doutes subsistent sur la sûreté du dispositif. Surtout, que vaudrait une démocratie dans laquelle on voterait pour ses gouvernants avec la même légèreté qu'on choisit une chanson pour passer à la radio ?

On a pu voir dans une précédente chronique que tous les abstentionnistes ne le sont pas par conviction. 10 % des électeurs inscrits ont montré lors des régionales qu'ils étaient en capacité de voter lors du 2d tour. Il faut que ça « en vaille la peine ». Donc, si on analyse cette expression, soit il faut qu'il y ait gros à gagner (un enjeu à ce qu'ils s'expriment), soit que l'effort soit petit. On peut en effet penser que si la peine était moins grande, ils voteraient plus facilement. A une époque où le numérique redéfinit la société, faut-il passer au vote par internet pour augmenter la participation ?

Imprimer

Elections : ces 10 % d'abstentionnistes qui font la décision

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

 

Le coup de tonnerre du 1er tour annonçait l'orage de l'élection de présidents de régions FN. Et puis non. Entre temps, les paratonnerres de la 5è République sont entrés en jeu. Ces abstentionnistes décisionnaires, représentant 10 % des inscrits quand même, ne voient pas l'intérêt de se déplacer pour départager gauche et droite de gouvernement, mais agissent quand l'enjeu est simple et fort.

Imprimer

Une formation dataviz inédite proposée avec le CNFPT d'Angers

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

 

« Valorisation graphique de l'information et nouveaux outils numériques »
une nouvelle formation pour produire soi-même des infographies et des présentations dynamiques avec des outils gratuits comme Piktochart ou Prezi.

« Un bon dessin vaut mieux qu'un long discours » nous dit l'adage populaire. Il est de plus en plus vérifié, à l'heure des échanges numériques où le flot continu des informations reçues impose, pour se faire entendre, de susciter l'intérêt du lecteur et de transmettre son message quasi instantanément.
Ainsi, sur Twitter, un post avec une image obtient 150% de retweets en plus !
D'où le développement des infographies, encore appelées datavisualisations, ou dataviz, qui résument un propos en un coup d'oeil, du plus simple au plus compliqué.

Imprimer

L'urgence et l'émotion, mauvaises conseillères

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

 

Les attentats du 13 novembre ont nourri les peurs et confronté chacun aux limites de ses émotions. Développement de l'armement, sécurisation des rassemblements, réduction de la publicité (?) voire suppression des rassemblements populaires… l'état d'urgence soulève des questions qu'il faut savoir traiter, de la tête de l’État au sommet de nos collectivités, tout en gardant la tête froide et le regard porté au loin, en oubliant l'angélisme pour privilégier le réalisme.

Au lendemain des attentats perpétrés à Paris le vendredi 13 novembre, les Français se déclarent « prêts à accepter davantage de contrôles et une certaine limitation de leurs libertés pour mieux garantir la sécurité » à 84 %, selon un sondage cité par le Figaro. C'est à dire que quasi toute la population est prête à faire passer en second la liberté de chacun pour mieux assurer la sauvegarde de tous.

Imprimer

Community managers, quand faire réagir vos communautés ?

Écrit par Yann-Yves Biffe le .

Parler à sa communauté, c'est bien. Générer des réactions : des clics, des j'aime, des retweets, en un mot de l'engagement, c'est mieux. Pour cela, autant publier dans les bons créneaux. Klout a mené une étude sur plus d'un milliard de réactions pour déterminer les bons moments, ceux où l'internaute va se jeter sur son clavier pour s'exprimer. Car s'il ne réagit pas dans les 2 heures suivant la publication, c'est déjà perdu. Sous Twitter, c'est même en 3 minutes que ça se joue !...

Klout a fait réaliser une étude (repérée par webmarketing-com.com) intitulée « Quand poster sur les réseaux sociaux » pour déterminer quand un post doit être émis afin qu'il génère un maximum de réactions, à savoir clics sur j'aime, commentaires, retweets...