Communication publique, communication numérique, internet et réseaux sociaux, nouvelles technologies, management, marketing territorial, fonction publique, collectivités locales…

Imprimer

Facebook a-t-il fait fuir les jeunes ?

Écrit par Yann-Yves Biffe.

Quand certains nouveaux élus restent sur l'idée d'investir Facebook pour toucher les jeunes, certains responsables com font mine de s'interroger, à l'inverse, sur l'opportunité de le quitter en raison de la raréfaction de cette proie. Qu'en est-il aujourd'hui ? Les 13-25 ans ont-ils effectivement déserté le réseau social dominant ? Et dans votre communauté, sont-ils toujours là ?

 

Ca donne à penser que Facebook n'est plus à la mode

Les médias généralistes instillent progressivement l'idée que Facebook n'est plus le réseau social des jeunes. Que ce site qu'ils ont adopté les premiers, ils l'ont oublié au fil de ses évolutions et de sa course à la masse. C'est en partie vrai. Facebook n'est plus le réseau préféré des jeunes : « Environ 25% des ados américains (13-17 ans) ont fui vers d'autres plate-formes depuis 3 ans » selon Grégory Raymond dans un article du Hufftington Post de février 2014.

« Lorsqu'il s'agit de se retrouver entre eux, les jeunes ados tendent ainsi à investir d'autres réseaux sociaux, où la présence adulte est moins importante. » Facebook n'est ainsi plus le site à la mode, dépassé dans l'estime des ados par Twitter, lui même moins à la page que Snapchat, Ask.fm ou Instagram.

Snapchat permet de s'envoyer des photos visibles pendant un temps très court (entre 1 et 10 secondes). « Cette application cible des utilisateurs jeunes, qui s'adressent plus de 400 millions de "snaps" chaque jour, soit davantage de photos échangées que sur Facebook. »

Ask.fm agrège des questions-réponses : « on s'y crée un profil sur lequel d'autres internautes, anonymes ou non, posent leurs questions. Le site a été visité par 1,3 million de Français en mars, dont la moitié était âgée de moins de 17 ans ».

Que reprochent les jeunes à Facebook, à part qu'il serait passé de mode ?

A vrai dire, ils dénoncent à peu près les mêmes travers qui nous énervent, en particulier cette grande interrogation sur le devenir des données et la complexité engendrée par leur gestion selon à qui on s'adresse, qui peut les voir… et qui les détient au final. La peur de voir des informations personnelles détournées ou utilisées à des fins malveillantes limitent le renseignement des pages en données pertinentes et accélèrent leur perte d'intérêt.

Selon Grégory Raymond, « moins intrusives, les (nouvelles) plate-formes permettent aux jeunes de conserver un semblant d'intime. On communique surtout par l'image, en adressant quelques commentaires à une communauté triée sur le volet. Il n'y a pas des centaines de paramètres de confidentialité. L'utilisateur accepte qui a le droit de voir ses contenus, c'est tout. Exactement comme sur Facebook il y a quelques années, avant que l'on soit obligé de créer des filtres pour définir qui pouvait voir le profil, publications, photos, photos postées par les amis etc...  ».

 

Ca donne à voir que les jeunes sont toujours sur Facebook

Facebook ne fait plus la une et les jeunes, pleinement conscients de ses limites, en parlent moins. Ils n'ont pas cessé de l'utiliser pour autant.

 L'étude d'Ipsos publiée le 6 octobre dernier pose une question explicite : Facebook est-il mort ?

 Ses conclusions le sont tout autant :

  • 84% des 15-24 ans utilisent Facebook ;

  • 76% des 15-24 ans considèrent que Facebook est le réseau social « le plus actif et dynamique » ;

Donc Facebook vit encore, et même très bien ! Les jeunes ne se désinscrivent pas, même si leur intérêt pour l'application a pu baisser. « Facebook, c’est quand le prof fait l’appel au début du cours. Snapchat, c’est le délire avec les potes à la récré", explique Vincent Glad sur le site internet Slate.

Car Facebook fait partie du bagage de base de l'internaute, rangé en quelque sorte du côté des utilitaires incontournables. C'est le nouveau bottin mondialisé et virtualisé, successeur de l'annuaire des pages blanches dont on savait toujours où il était rangé pour aller retrouver les coordonnées d'une personne le plus rapidement possible.

Vous voulez des infos sur quelqu'un : vous tapez son nom dans le moteur de recherche de facebook, puis éventuellement vous le googlisez (ou l'inverse). Ne me dites pas que vous ne le faites pas.

C'est le comble mais aussi le symbole de la réussite : Facebook, outil rebelle lancé par un post ado qui voulait révolutionner le monde et se moquait des codes (si ce n'est informatiques), est devenu un outil institutionnalisé.

 

Ca donne à penser que Facebook n'est plus le réseau des jeunes

Alors Facebook est-il toujours le réseau des jeunes ? Non. C'est un réseau avec des jeunes.

Mais pas seulement. C'est devenu le réseau de tout le monde ! Selon le sondage Ipsos cité plus haut :

  • 97% des Français connaissent Facebook

  • 62% des Français sont inscrits sur Facebook

  • 42% des Français sont des utilisateurs actifs sur Facebook

On comprend vite que Facebook ne va pas cibler d'emblée un profil d'âge particulier, mais qu'il embrasse l'ensemble de la population, y compris les seniors d'ailleurs. 45% des 55 ans et plus ont un profil. Ceux-ci s'y sont mis fortement au cours des dernières années, d'une part parce que le néo-anciens sont des post-actifs à l'aise avec les outils, d'autre part car c'est pour eux la meilleure façon de rester en contact avec les petits-enfants. 73% des 15-24 ans sondés considèrent d'ailleurs qu’être ami avec ses parents n’est pas un frein à l’usage.

On va retrouver les jeunes sur Facebook… mais pas les plus jeunes, ou alors les anciens jeunes : la tranche d’age la plus représentée est celle des 25-34 ans avec 26% des utilisateurs Français. Cette tranche est suivie de très près par les 18-24 (25%) selon le Blog du modérateur.

Pas la peine donc de chercher à rédiger des contenus spécifiquement orientés vers les ados… au risque de perdre la majorité de vos fans qui ne sont plus d'ans cette classe d'âge.

Au-delà des statistiques nationales, vous pouvez d'ailleurs étudier précisément comment est structurée votre communauté pour voir à qui vous parlez. C'est l'intérêt majeur de facebook pour le #community manager que de proposer facilement des statistiques claires et utiles.

Allez dans l'onglet statistiques dans le haut de la page que vous administrez. Vous ouvrez une 2è ligne d'onglets. Vous allez dans « personnes », puis « vos fans » et l'interface vous donne la structuration façon pyramide des âges de votre communauté, comparée à celle du global facebook. Si votre communauté est mature (ouverte depuis un bon moment, avec un nombre de fans significatif), sa structuration doit ressembler peu ou prou à celle de la population de votre territoire, la part des personnes âgées étant un peu minorée en raison de ses freins envers l'informatique, mais de moins en moins.

En un coup d'oeil, vous savez si votre communauté est principalement composée de jeunes ou pas. J'aurais du commencer par là peut-être ? En même temps, ça aurait été dommage de ne pas récompenser les persévérants (cf « L'internaute ne lit pas »)...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir