Communication publique, communication numérique, internet et réseaux sociaux, nouvelles technologies, management, marketing territorial, fonction publique, collectivités locales…

Imprimer

Internet, où t'en es ?

Écrit par Yann-Yves Biffe.

« Tout le monde n'a pas internet », « les seniors sont réticents », « les tablettes sont des outils de mobilité »... Internet traîne toujours un certain nombre d'idées reçues, dont certaines étaient vraies il y a pas mal d'années... quand d'autres résistent vaillamment au temps qui passe. En ce début d'année et alors que de nouveaux élus vont entrer dans les conseils municipaux avec plein d'idées nouvelles et/ou présupposées, faisons le point sur l'état d'internet en nous appuyant sur des sources fiables et illustrées.

Ca donne à considérer qu'internet a fait le plein, ou presque.

Voir l'infographie

Bien sûr, on n'en est pas à 100 % des Français ayant accès à internet. Mais l'époque où l'on mettait le frein sur un projet numérique en considérant qu'une trop grande part de la population ne pourrait pas en bénéficier est révolue. En effet, quasiment 80 % de la population a accès à internet à son domicile.

Pour 2/3 des foyers, l'ordinateur est un portable... sachant que 2 foyers sur 5 ont au moins 2 ordinateurs.

L'âge n'est plus une frontière. 62 % des 60-74 ans sont équipés d'un accès internet... même si ça tombe à 23 % après 75 ans. Les plus de 60 ans représentent ainsi 16 % des internautes, alors qu'ils ne pesaient que 7 % en 2007. Pour autant, la pratique est d'autant plus courante que l'internaute est jeune : 98 % des internautes de moins de 30 ans utilisent internet tous les jours, quand 52 % des 60-74 ans en ont une pratique quotidienne.
Les différences socio-professionnelles se sont également fortement réduites. Alors que les cadres sont internautes à quasi 100 % depuis 2007, la part d'internautes ouvriers est passée de 53 à 84 % en 5 ans.
Côté géographie, l'Ile de France, où les cadres sont sur-représentés, serait la plus grosse utilisatrice, avec 84 % de la population ayant accédé au web dans le mois écoulé, le Sud-Ouest suivant de près à 81 %. A l'inverse, seulement 65 % de la population de l'Ouest se serait connectée sur la même période.
Le taux de Français non équipés d'internet peut-il encore se réduire ? Côté technique, ce sera à la marge : seuls 3 % déclarent ne pas avoir internet à cause de l'absence de réseau haut débit à proximité. Pour le reste, le coût d'accès et le manque de compétences ressenti par rapport au numérique sont les raison majeures et semblent difficiles à résoudre.

Ca donne à voir dans l'internet mobile un avenir... déjà là.

Sans surprise, l'internet mobile se répand un peu comme l'a fait l'internet filaire, en commençant par les jeunes et les cadres. Voir l'infographie

40 % des Français se sont connectés à l'internet mobile en 2012, soit +30 points par rapport à 2007. 1/5 des accès aux sites internet se font déjà par mobile ou tablette. L'internet mobile est déjà entré dans les habitudes de 75 % des 15-29 ans contre 16 % des 60-74 ans. Il est aussi plus utilisé par les cadres et professions libérales (70%) que chez les ouvriers et employés (40%)... mais la baisse des prix chez les opérateurs devrait augmenter la généralisation de son usage.
Le mobile ne remplace pas l'internet fixe, mais s'y ajoute puisque 50 % des internautes utilisent les deux formes d'accès et seuls 3 % se limitent à l'usage d'internet par le mobile.

Est-ce que la 4G qui commence à ce développer va faire abandonner l'internet filaire ? Pas sûr : 75 % de ceux qui n'utilisent pas internet mobile le font car ils n'en ressentent pas le besoin hors de chez eux et 25 % le trouvent trop cher (plusieurs réponses possibles). Seuls 4 % déclarent ne pas l'utiliser car il n'est pas disponible ou trop lent chez eux... Quant à ceux qui l'utilisent, seuls 35 % se plaignent de la lenteur de la transmission. Il va falloir que les opérateurs se montrent convaincants...

Ca donne à accepter un internet marchand

Territoire fondé initialement sur le gratuit et la coopération, internet est devenu le terrain de prédilection de l'activité commerciale. Avec 33 millions de cyberacheteurs au 1er trimestre 2013, 66% des Français achètent en ligne. Voir l'infographie

Les achats de voyages ou prestations touristiques en ligne concernent 59 % des internautes. Les loisirs se taillent la part du lion puisque les services incluant la billetterie, la photo, les applications vient en 2de position avec 52 %, devant les produits culturels à 51 %. Cependant, les produits d'hygiène santé et l'alimentation progressent fortement en mai 2013 avec +5 points en un an. Question de génération, plus l'âge augmente, moins la part d'acheteurs en ligne est importante. Ainsi en 2012, 76 % des 15-29 ans ont acheté sur internet, contre 34 % chez les 60-74 ans.

Le e-commerce ne doit cependant pas être considéré uniquement par rapport à l'achat direct. 90 % des internautes préparent leurs achats, quel que soit le canal, en consultant auparavant un site internet et 77 % des internautes cherchent des infos sur le net avant d'acheter en magasin. 77 % des internautes également se déclarent d'ailleurs influencés par les commentaires ou notes avant d'acheter un produit. Internet et points de vente physiques voient leurs destins intimement liés, puisque 2 mobinautes sur 5 surfent depuis leur mobile en magasin, pour comparer les prix, consulter les avis ou montrer un produit aux vendeurs.
Revanche du point de vente, 58 % des internautes ont recours aux points relais (+10 points vs 2012) pour prendre possession de leur achat. La dématérialisation s'arrête là où commence la consommation !

Les statistiques sont d'accord pour dire qu'internet progresse et tend vers l'universalité... qu'il n'atteindra jamais cependant. C'est valable pour le fixe, et on sent que la tendance se duplique dans le mobile, déjà largement adopté par les jeunes et les cadres... mais qui seront bientôt rejoints par tous les autres. Et cette analyse vaut aussi pour le e-commerce... comme il vaudra pour le e-commerce mobile demain !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir